LOADING

Éducation précoce des chiots

Quand un adorable chiot arrive dans un foyer, beaucoup de nouveaux propriétaires se demandent quand commencer son éducation. On voyait souvent par le passé des propriétaires ne rien faire la première année puis se lancer à corps perdu dans l’éducation. Ce temps est bel et bien révolu. Car quand le chiot arrive dans son nouveau foyer à l’âge de 8 ou 10 semaines, il se trouve dans une phase de développement d’apprentissage intensif (phase de socialisation). C’est pendant cette période que sa relation avec les membres bipèdes de sa famille se développe et qu’il se fait son image de l’environnement qui l’entoure.

 

Il serait par conséquent dommage de laisser s’écouler cette période sans rien faire. Cela serait également une mauvaise chose pour votre chien car à l’âge d’un an, beaucoup de choses qui étaient normales pour lui changent soudainement. Même dans la nature, les louveteaux et les chiots sauvages, tout comme de nombreux autres jeunes animaux, sont élevés dès le début pour apprendre les règles de la cohabitation et les compétences importantes pour la survie.

 

Qu’entend-on par éducation précoce ?

Une obéissance de base étant importante pour tous les chiens, le chiot apprend de manière ludique les premiers petits exercices. Cela peut-être par exemple le faire asseoir ou lui apprendre le rappel à l’aide d’un signal. En extérieur, il apprend principalement à se concentrer sur ses maîtres afin de ne pas perdre le contact.

Le programme obligatoire comprend également la propreté. Pour les nouveaux « parents de chiots », il s’agit bien sûr de l’élément le plus important. Mais les autres exercices méritent également une attention particulière. Les maîtres investissant le temps nécessaire et effectuant le travail avec précision s’épargnent beaucoup de soucis par la suite.

 

Mais d’autres éléments font également partie de l’éducation précoce. Le chiot doit par exemple apprendre que tout ne tourne pas toujours autour de lui. Les contacts corporels et les jeux sont importants, mais il est tout aussi important que le chiot apprenne à se reposer. Pour ce faire, il est préférable d’utiliser une cage pour chiens confortable dans laquelle il n’est pas dérangé et peut donc rester au calme. Beaucoup de chiots se reposent d’eux-mêmes, d’autres ont besoin d’aide pour se calmer. En particulier lorsque la famille est composée d’enfants, il est important de veiller à ce que le chiot se repose suffisamment.

 

La propreté

Les « WC » se trouvant à l’extérieur, votre chiot apprend généralement vite. Il a relativement souvent « envie ». Mettez-le par conséquent dehors après chaque réveil et après le repas. Sortez-le également entre-temps s’il ne s’est pas soulagé depuis un moment. S’il dort la nuit avec une amplitude de mouvement limitée (par exemple dans la cage) à proximité de vous, il vous indiquera qu’il a « envie », vous pourrez alors le sortir également la nuit. Il deviendra ainsi propre rapidement. Important : ne le grondez jamais si un incident se produit dans la maison ! Il associera facilement la réprimande au fait qu’il se soit soulagé et non à l’endroit où il s’est soulagé.

 

La promenade de renforcement des liens

Si lors de la promenade, le chien voit constamment votre position plutôt que de toujours avoir à regarder où vous vous trouvez, c’est très agréable pour lui. Pour que le chiot apprenne, utilisez son instinct de suiveur. S’il vit chez vous depuis environ une semaine, emmenez-le sur un terrain inconnu dépourvu de distractions. Cela peut être un chemin, une prairie ou une partie du jardin. Posez alors votre chiot par terre sans laisse, appâtez-le un peu si nécessaire puis partez. Il vous suivra. Peut-être de façon un peu « cahoteuse » au début, mais cela changera rapidement. Changer de direction encore et encore. En particulier à chaque fois qu’il commence à vous doubler. S’il reste derrière parce qu’il renifle quelque chose, allez plus vite ou cachez-vous derrière un arbre. Continuez jusqu’à ce qu’il revienne.

Au début, 5 minutes suffisent, mais vous pouvez augmenter la durée de la promenade de renforcement des liens avec l’âge. L’idéal serait au moins une promenade de renforcement des liens par jour. Le mieux est que vous soyez seul avec votre chien. Si vous souhaitez faire la promenade avec une autre personne, restez silencieux le plus possible et marchez bras dessus, bras dessous pour rester proches et avancer de la même manière.

Une fois la promenade de renforcement des liens terminée, portez le chiot jusqu’à chez vous.

 

Le rappel

Cet exercice est l’une des choses les plus importantes que le quadrupède a besoin d’apprendre, mais il nécessite une pratique planifiée sur plusieurs semaines. Choisissez d’abord un mot distinctif. Un « iciii » étiré est une bonne solution. Il est préférable de s’entraîner avec une autre personne. Elle tiendra alors le chiot affamé contre sa poitrine ou par son collier. Éloignez-vous rapidement de deux ou trois mètres du chien en tenant de délicieuses friandises, tournez-vous vers le chien et accroupissez-vous. Le chiot est concentré sur vous, il souhaite vous rejoindre mais ne peut pas. Votre assistant le laisse alors partir, il fonce vers vous pendant que vous lui dites clairement « iciii ». Une fois arrivé jusqu’à vous, tenez le chiot d’une main par le collier pendant qu’il mange la friandise dans votre autre main. Le maintien devient positif avec l’entraînement. C’est important car si vous l’appelez plus tard pendant la promenade, il devra rester auprès de vous une fois arrivé. S’il a tout mangé, relâchez-le en lui disant par exemple « fini ».

Exercez-vous d’abord dans la maison uniquement, puis dans le jardin. Augmentez progressivement la distance entre vous et le chiot. Exercez-vous ensuite seule en appelant le chiot dans la maison et le jardin uniquement plusieurs fois par jour, mais seulement s’il n’est pas distrait. Une fois cette étape exécutée, ajoutez un peu de distraction puis exercez-vous en promenade Mais là encore sans distraction. Récompensez-le chaque fois qu’il se précipite vers vous.

 

Si vous êtes seul, encouragez votre chiot en vous enfuyant et en utilisant une voix captivante pour qu’il se précipite vers vous. Juste avant son arrivée, accroupissez-vous et dites votre signal de rappel. La méthode décrite plus haut s’applique ici également.

 

N’utilisez pas votre signal de rappel en promenade et en aucun cas lorsqu’il est occupé à autre chose avant qu’il ne soit vraiment assis. Si cela ne fonctionne parfois pas parce qu’il est toujours surmené, le chien ne peut pas vraiment apprendre.

 

Le faire asseoir

C’est l’exercice le plus simple et vous aurez souvent besoin du « assis » par la suite. Vous verrez que le chiot peut y parvenir en un rien de temps. Tenez une délicieuse friandise au-dessus de sa tête et ne dites rien. S’il saute, fermez votre main pour cacher la friandise.  Après un court instant, le chiot va s’asseoir pour réfléchir. Donnez-lui alors rapidement la friandise. Après quelques répétitions, le chien s’assiéra dès que vous tiendrez la friandise au-dessus de sa tête. C’est le bon moment pour dire le mot. Dès qu’il s’assied, dites immédiatement « assis ». Donnez-lui ensuite la friandise puis dites « fini » pour qu’il se relève. Après d’autres répétitions sur quelques jours, dites « assis » sans friandise dans votre main. Le chiot s’assiéra, donnez-lui alors la friandise avant de mettre fin à l’exercice.

Au fil du temps, prolongez la position assise. Le chiot s’assoit lorsqu’il entend votre « assis ». Attendez quelques instants, puis récompensez-le et mettez fin à la position assise.

 

 

Le relâchement

Comme vous l’avez lu, chaque exercice au cours duquel vous donnez un ordre à votre chien doit être terminé. Vous pouvez le faire d’une part en utilisant toujours le même mot, par exemple « fini » lorsque le chien sera ensuite « libre » de ses mouvements. D’autre part, un autre exercice termine le précédent. Si le chien doit par exemple se coucher après avoir était assis, la position couchée met fin à la position assise.

Il est très important de pratiquer le relâchement dès le début. Ce n’est qu’en suivant cette méthode que le chien peut exécuter un exercice pendant un certain temps. Par exemple : vous le faites plus tard asseoir près de vous car des cyclistes pas à côté de vous. Ne mettez fin à la position assise que lorsque les cyclistes sont passés. Il ne peut alors rien se passer.

 

Étiquettes : , ,