LOADING

L’équilibre parfait entre repos et exercice pour mon chien

Séances d’agility le lundi, entraînement à l’obéissance le mardi, danse canine le mercredi, mantrailing le vendredi, et, entre-temps, séances d’entraînement pendant les promenades – beaucoup de chiens font de l’exercice plusieurs heures par jour. Avec un programme aussi chargé, quand trouve-t-on le temps de faire des balades pour le plaisir, ou de se relaxer sur le canapé ? Et surtout : quand le maître prend-il du temps pour lui ? Bien entendu, si l’on reste dans les situations extrêmes, il y a aussi le contre-modèle : un chien qui ne fait pas du tout d’exercice et qui passe le plus clair de son temps à s’ennuyer. Alors comment trouver le juste équilibre entre repos et exercice ?

 

Quels sont les types d’exercices que l’on peut faire ?

Pour commencer, il est important de savoir qu’il existe différentes sortes d’exercices.
Les exercices cognitifs, autrement dit le travail intellectuel, en font notamment partie. Le mantrailing ou bien d’autres méthodes permettant de développer le flair, comme la recherche d’un objet perdu ou un travail de piste, en sont de bons exemples.
Mais on a aussi les exercices physiques comme les promenades, le jogging, les tournois de sport canin. Ici, on a également une sous-rubrique qui prend la forme de séances d’entraînement à l’équilibre appelées degility.
Enfin, les contacts sociaux avec d’autres chiens ou des êtres humains constituent un autre type d’exercice. Ces trois variantes ne doivent pas être appliquées avec la même intensité, mais elles doivent toutes alterner dans la vie d’un chien.

 

Quelle doit être l’intensité des exercices que je fais réaliser à mon chien ?

Un aspect important de l’exercice est l’intensité, autrement dit, le degré et la durée de l’activité. Ici, il faut tenir compte du groupe d’âge auquel appartient le chien qui fait de l’exercice. Un chiot ou un senior a généralement moins besoin de faire de l’exercice qu’un chien de deux ans qui dispose de toutes ses facultés physiques. Cela tient principalement au fait qu’un chiot est entièrement mobilisé par l’intégration de ses expériences sensorielles. En revanche, un senior a besoin de calme et doit prendre le temps de se reposer, comme nous lorsque nous sommes âgés.

Mais, indépendamment de son âge, un chien a toujours besoin de beaucoup plus de sommeil que nous, les êtres humains, c’est-à-dire 17 à 20 heures par jour. C’est pourquoi un chien qui n’a pas la possibilité de se reposer suffisamment peut développer des problèmes de santé. Certes, un chien ne travaille pas comme nous, mais le fait de devoir s’adapter à nous, les êtres humains, lui demande beaucoup d’énergie.

 

Le mieux est l’ennemi du bien

De plus, faire trop d’exercice peut dégénérer en cercle vicieux. Un chien très excité parce qu’il s’est trop dépensé aura tendance à ne pas vouloir se reposer. C’est pourquoi son maître va généralement penser que son chien a besoin d’encore plus d’exercice, alors que tout ce qu’il lui faut, c’est du repos. De plus, c’est une erreur que de croire que seul un chien épuisé est un chien obéissant. Le sport et le travail intellectuel à eux seuls ne peuvent pas résoudre des problèmes tels que des troubles du comportement, par exemple (le chien mordille/ronge les meubles, les tapis, etc.).

En outre, il est important de se rappeler qu’un chien s’adapte au niveau d’activité qui lui est proposé. Ce qui veut dire ceci : si un chien est habitué à faire énormément d’exercice, il va être demandeur d’un degré élevé d’activité. À cet égard, il vaut donc parfois mieux en faire moins.

 

Comment parvenir à cet équilibre entre exercice et repos, et comment puis-je le trouver ?

Essayez de tenir compte de vos propres centres d’intérêt et de savoir ce qui plaira le mieux à votre chien. Observez-le bien : qu’est-ce qui lui fait le plus plaisir ? Est-ce qu’il est joyeux pendant ses séances d’agility, ou bien est-ce qu’il adore quand vous lui apportez des choses nouvelles ? Vous pouvez également vous baser sur le caractère correspondant à la race à laquelle appartient votre chien, même si cela ne doit être considéré que comme une indication. Veillez à ce que l’atmosphère soit détendue pendant les séances d’entraînement. Si vous constatez que cela n’est pas le cas, vous devez songer à changer d’activité.

En plus de choisir le type d’exercice adapté à son chien, trouver l’équilibre entre repos et exercice est d’une importance capitale. Accordez-vous des pauses, à vous et à votre chien. Vous ne devez pas avoir mauvaise conscience si, tel ou tel jour, vous vous êtes contenté de sortir pour promener votre chien, sans avoir rien fait d’autre avec lui. Il est bon, pour vous comme pour votre chien, de profiter tout simplement du fait d’être ensemble, entre deux séances d’entraînement, et de laisser de côté les exigences des exercices.

De plus, un facteur décisif est constitué ici non seulement par l’équilibre entre détente et exercice au quotidien, mais aussi par la nature de l’entraînement lui-même. Lorsque vous allez au terrain d’entraînement canin avec votre chien, par exemple, il faut garder en tête que vous venez ici également pour qu’il se détende, de manière à ce que son niveau d’excitation ne soit pas au maximum en permanence. Pour finir, il faut également trouver le bon équilibre entre les trois types d’exercice mentionnés ci-dessus. Vous devez également répondre aux besoins de votre chien. Dans tous les cas, il est très utile d’avoir recours à ces trois sortes d’exercice selon les préférences de votre chien, et c’est même dans l’intérêt de ce dernier.

 

Est-ce que le fait de faire trop peu d’exercice peut avoir des conséquences fâcheuses ?

Un chien qui ne fait pas suffisamment d’exercice, c’est, par exemple, un chien qui ne se promène que dix minutes par jour, et qui ne fait pas d’autres activités par ailleurs. Cela peut entraîner chez ce même chien un besoin de s’occuper par lui-même, et le résultat va rarement vous contenter, vous, en tant qu’être humain. Cela veut dire qu’il va peut-être aboyer tout le temps, courir partout dans l’appartement, ou jouer au gardien dans certaines pièces du logement ou dans le jardin. Dans le pire des cas, il va tourner sa frustration contre lui-même, et courir après sa queue ou bien se mordre. Ces symptômes ne signifient pas obligatoirement qu’un chien manque d’exercice, mais ils peuvent constituer un signe indicateur.

 

Est-ce que le fait de faire trop d’exercice peut avoir un impact négatif sur mon chien ?

Si votre programme hebdomadaire est trop chargé, comme évoqué précédemment, et qu’il comporte plusieurs heures d’entraînement avec peu de jours de repos pour votre chien, cela signifie que ce dernier est probablement surmené. Même si, bien sûr, vous ne pensez qu’au bien de votre chien, il est primordial d’aménager des moments de repos et de détente. Avoir trop peu de phases de repos peut conduire, entre autres, à des troubles du comportement. La raison est que s’il s’entraîne trop, le niveau de pression, de stress et de surmenage augmente. Lorsque l’organisme perd cet équilibre et se trouve soumis à un stress permanent, il sécrète des hormones du stress comme l’adrénaline. Si le stress se prolonge, cela peut même provoquer des problèmes physiques et des maladies chez le chien. En effet, le stress affaiblit le système immunitaire, agit sur le système gastro-intestinal et peut entraîner des maladies rénales et / ou cardiovasculaires. Vous pouvez très bien faire faire de nouvelles choses à votre chien, mais il ne faut pas le sur-solliciter pour autant, et vous devez vous concentrer en tout premier lieu sur l’équilibre entre repos et exercice. Ainsi, non seulement vous serez plus détendus tous les deux, mais vous prendrez encore plus de plaisir à vous entraîner quand ce sera le moment. C’est à certains signes que vous pouvez savoir que votre chien est très stressé : agitation, halètements excessifs, réactions exagérées à des stimuli extérieurs, défécations et mictions fréquentes, et nervosité de manière générale. Une tendance à la dépression ainsi qu’une agressivité accrue peuvent également être la conséquence du stress.

 

Derniers conseils pour vous et pour l’équipe que vous formez avec votre chien

Il ne faut pas prendre au pied de la lettre les règles toute faites. C’est par exemple une erreur que de croire qu’un chien a absolument besoin d’au moins deux heures d’exercice par jour, sous la forme de promenades. En effet, seules dix minutes d’entraînement intensif, comme les séances d’entraînement du flair, peuvent être si exigeantes pour un chien qu’il a déjà fait le travail cognitif d’une journée, et qu’une courte promenade suffit ensuite. Il n’y a pas de recommandation pouvant faire figure de généralités, car la durée de l’exercice et la forme qu’il prend doivent être définies individuellement, en fonction du chien concerné. Généralement, il n’est pas recommandé de définir une durée de manière rigide. Regardez ce qui vous fait plaisir à vous et à votre chien, et à quel degré, s’il est fatigué ou non ensuite, et planifiez le programme du lendemain selon sa forme physique du moment. Si les activités de votre chien sont trop stressantes, ce n’est pas un service que vous vous rendez, à vous et à votre chien. Accordez-vous, à vous et à votre chien, des pauses pour respirer, et aménagez-vous des moments bien à vous, où vous vous contentez d’être un maître et son chien.

Étiquettes : , ,