LOADING

Se promener sans laisse : pour que votre chien vienne à coup sûr quand vous l’appelez

La condition numéro un pour pouvoir se promener sans laisse en toute quiétude, c’est le fait d’avoir un ami à quatre pattes vient immédiatement quand on l’appelle. Mais la réalité est souvent tout autre – et les appels du bipède restent vains.  Toutefois, la plupart du temps, ce n’est pas parce que le chien concerné est désobéissant, mais c’est parque qu’il n’a pas eu la possibilité d’apprendre ce que signifient ces appels.

 

Comment un chien apprend-il ?

Pour commencer, il faut avoir conscience du fait qu’un chien ne comprend pas notre langage. Sans avoir été éduqué à cela, il ne pourra jamais savoir ce que vous voulez de lui quand vous lui dites « Viens ». Il ne peut apprendre la signification d’un mot, ou bien celle des sifflements, que lorsqu’il les a entendus de nombreuses fois quand vous vous promenez avec lui. C’est uniquement ainsi que dans son cerveau canin, il peut établir le lien entre signal et comportement à adopter. Par la suite, votre mot ou votre sifflement fera venir votre chien tout de suite, presque comme un automatisme, et ce, sans que vous n’ayez eu à prononcer son nom.

De plus, il faut le récompenser d’avoir obéi lorsque vous l’avez appelé. C’est pourquoi, à chaque fois, il faut, encore et toujours, lui donner une récompense.

 

Ce dont vous avez besoin

Vous verrez, avec quelques « équipements » de base, cela va fonctionner avec votre chien aussi. Ces équipements sont :

– Un mot, toujours le même, ou bien un sifflement caractéristique, que le chien n’entend que lorsque vous désirez le faire venir. « Viens » n’est pas très adapté, pas plus que de crier le nom de l’animal. En effet, ces mots-là, on les dit dans beaucoup d’autres circonstances. Ce qui marche bien dans la situation qui nous préoccupe, c’est « Ici ».

– Une récompense que votre compagnon à quatre pattes apprécie beaucoup. Dans l’idéal, des friandises, car on peut les donner juste quand il faut, dans la bonne position.

– Un environnement où votre chien ne risque pas d’être distrait ; pour commencer, votre logement suffira.

– Un entraînement organisé et systématique des semaines durant.

 

Comment ça marche

L’objectif est que votre chien réagisse immédiatement et vienne rapidement quand vous l’appelez. C’est pourquoi, dans le cadre de cet apprentissage, il est important que vous ayez capté toute l’attention de votre chien avant même que vous l’ayez appelé. Faites ces exercices plusieurs fois par jour. Demandez à quelqu’un d’autre de le tenir. Éloignez-vous rapidement de quelques mètres en tenant des friandises dans votre main, puis tournez-vous vers votre chien. Si votre chien est très petit ou s’il s’agit d’un chiot, accroupissez-vous. Votre ami à quatre pattes va vouloir aller vers vous, et c’est alors que l’on peut le relâcher. Juste à ce moment-là, dites « Iciiiiii ! » de manière prolongée, en tenant vos deux mains contenant les friandises proches de vous, de manière centrée. Votre chien se retrouve juste devant vous.  Une fois qu’il est face à vous, laissez-le manger dans l’une de vos mains, et, dans le même temps, avec l’autre main, tenez-le fermement par le collier. C’est alors que vous devez lui mettre sa laisse pendant un bref instant.

 

Pour aller plus loin

Au bout d’environ une semaine, répétez l’exercice dans votre logement, puis dans votre jardin (ou bien dehors), plusieurs fois par jour, et sans que quelqu’un d’autre ne le tienne. Ne le faites cependant pas pendant qu’il dort, et pas non plus lorsqu’il est très occupé par autre chose. Vous pouvez également le faire dehors s’il ne risque pas d’être distrait. Vous pouvez aussi vous exercer à deux, de sorte que votre chien aille d’une personne à l’autre. Augmentez la distance qui vous sépare de votre chien.

–  Si cela fonctionne toujours, appelez votre chien quand vous êtes dehors, qu’il n’y a pas de distractions, et lorsqu’il n’est pas trop éloigné de vous. Si, dans le même temps, vous courez un peu pur qu’il vous poursuive, cela fonctionne encore mieux.

– S’il connaît l’ordre « Assis », lorsqu’il arrive vers vous, demandez-lui de s’asseoir. Dans les premiers temps, donnez-lui une récompense. Dès qu’il saura s’asseoir directement, donnez-lui en une uniquement lorsqu’il est assis. Être assis est important, car, de la sorte, le chien se trouve en un endroit précis, il est « fixé ». Les cyclistes ou les joggeurs, par exemple, pourront passer sans problème. Votre chien ne pourra se lever que si vous lui en donnez l’autorisation.

– Si votre ami à quatre pattes vient quand même alors qu’il est distrait par autre chose, donnez-lui plusieurs friandises en une seule fois. Diversifiez progressivement les distractions, et éloignez-vous de plus en plus lorsque vous l’appelez.

 

Pourquoi mettre la laisse à son chien après l’avoir appelé ?

Au quotidien, la plupart du temps vous appellerez votre chien quand vous voudrez l’empêcher d’aller quelque part ou l’éloigner d’un endroit où il se trouve. C’est pourquoi, une fois qu’il est revenu, il devra rester à vos côtés pendant un petit moment. Cela fonctionne dans tous les cas lorsqu’en plus d’être assis, vous lui avez mis sa laisse. Si vous procédez toujours ainsi, votre chien trouvera cela naturel. Selon les circonstances, continuez à le promener en laisse, ou bien détachez-le.

 

Attention : piège !

Il existe quelques « critères zéro » qui font que les chances de succès de cet entraînement seront réduites à néant. C’est pourquoi il faut veiller aux points suivants :

– N’appelez jamais votre chien avec le signal que vous avez choisi si vous n’avez pas la certitude qu’il le connaît.   Moins votre compagnon à quatre pattes viendra directement et rapidement à votre signal quand vous l’appelez, moins les exercices que vous ferez avec lui seront efficaces. Faites parfois cet exercice en augmentant la tension du jeu, en courant ou en frappant dans vos mains pour attirer son attention.

– Appelez-le au moment adéquat. Si, par exemple, vous voyez un chat dans le pré, appelez votre chien avant qu’il ne l’ait remarqué. Et pas quand il est déjà en train de lui courir après.

– Laissez-le toujours venir à vous, puis faites-le s’asseoir. De nombreux propriétaires de chiens ne font plus la différence avec le temps, à tort. En effet, quand vous l’appellerez, vos ordres ne seront plus aussi efficaces, notamment lorsque cela est important qu’il obéisse.

– Ne le disputez pas s’il a mis trop de temps à venir à vous. Il associera ces reproches au fait d’avoir obéi à votre appel. Mais ne lui donnez pas non plus de récompense.

Étiquettes : , ,