LOADING

La castration chez le chien – cela modifie-t-il son comportement social ?

Alors qu’il y a quelques années de cela, il était de mise, dans les cabinets vétérinaires, de castrer les chiens de manière « prophylactique », notamment pour éviter des comportements supposément mauvais, le thème de la castration est aujourd’hui très controversé.

D’une part, la castration est toujours considérée comme un traitement et une mesure préventive contre les problèmes comportementaux, y compris l’agressivité. D’autre part, il existe des preuves montrant que les chiens castrés présentent même un degré d’agressivité bien supérieur à celui des chiens non castrés. Mais les études scientifiques systématiques démontrant un lien entre agressivité et castration sont rares.

 

Du point de vue scientifique, une approche complète de ce lien est généralement très difficile à adopter, car il existe diverses formes d’agressivité. On pourra partir du principe que l’agressivité sexuelle, logiquement, diminue avec la castration. Si l’on suit cette logique, les autres formes d’agressivité, comme par exemple l’agressivité territoriale ou la protection des ressources, ne seraient alors pas influencées par cette intervention. Malheureusement, à ce jour, on ne dispose pas d’étude prouvant clairement le lien concret entre la castration et les diverses motivations de l’agressivité. C’est la raison pour laquelle je ne peux citer que les études qui traitent de ce sujet avec un point de vue plutôt général.

 

 

Une étude actuelle a cherché à savoir dans quelle mesure le degré d’agressivité du comportement d’un chien vis-à-vis de personnes qu’il connaît, d’étrangers ou de congénères, est lié ou non à l’âge auquel il a été castré. Pour servir de base à ces informations, c’est un questionnaire actuellement très utilisé et éprouvé concernant dans les études portant sur le comportement canin qui a été employé. Ce C-BARQ (Canine Behavioral Assessment Research Questionnaire) est généralement rempli par les propriétaires de chiens. Sur l’ensemble des questionnaires, 13 795 d’entre eux ont révélé un comportement agressif vis-à-vis de personnes connues, 13 498 un comportement agressif vis-à-vis d’étrangers, et 13 237 un comportement agressif vis-à-vis de congénères. Toutes les questions du C-BARQ qui concernent un comportement agressif et qui permettent d’établir des valeurs moyennes ont été évaluées. Les résultats obtenus auprès de chiens qui ne se sont pas montrés agressifs ont été comparés avec ceux de chiens moyennement à fortement agressifs. En outre, on a effectué une analyse comparative des données relatives aux chiens entiers et des données concernant les chiens castrés à 6 mois ou moins, ceux castrés entre 7 et 12 mois, ceux castrés entre 11 et 18 mis, et ceux castrés à plus de 18 mois.

 

 

(Pas de) lien entre castration et agressivité

 

Les résultats de cette étude n’ont pas permis d’établir un lien clair entre la castration elle-même ou entre l’âge où la castration a été effectuée, d’une part, et le comportement agressif vis-à-vis de personnes connues ou de congénères, d’autre part. Toutefois, il a été démontré que les chiens qui ont été castrés entre l’âge de 7 mois et l’âge de 12 mois ont un peu plus de probabilité de manifester une agressivité modérée à forte vis-à-vis des étrangers.

 

Si l’on prend en compte différents facteurs susceptibles de déclencher un comportement agressif, il semble qu’il n’y ait pas de lien entre castration et comportement agressif vis-à-vis des personnes connues ou des autres chiens. On a juste constaté une légère augmentation de l’agressivité vis-à-vis des étrangers.

 

 

D’autres enquêtes montrent également que c’est surtout une castration précoce qui est susceptible de provoquer des modifications comportementales involontaires. Le questionnaire de Zink et al. soumis en 2014 a demandé à des propriétaires de braques hongrois d’évaluer l’état de santé de leur chien. Il s’est avéré que les animaux qui avaient été castrés alors qu’ils avaient moins de six mois présentaient un risque accru de problèmes comportementaux par rapport à leurs congénères non castrés.

 

Une autre étude a recensé les réactions des chiennes à l’approche de personnes étrangères et de congénères. Les chiennes qui ont été castrées entre 5 et 10 mois ont réagi au bout de 5 mois de manière bien plus agressive à cette situation que leurs consœurs entières.

 

Dans l’ensemble, ces résultats prouvent que la castration ne doit pas avoir pour but de résoudre ou de prévenir des problèmes d’agressivité. Bien au contraire, ces résultats pointent le fait que, sous certaines conditions, une castration peut même entraîner une augmentation du niveau d’agressivité.

 

De plus, ces modifications comportementales chez le jeune chien mâle peuvent également être provoquées par ce qu’on appelle la castration chimique. Cela consiste à insérer un implant hormonal sous la peau du chien qui rend le quadrupède concerné stérile pendant quelques temps (généralement 6 à 12 mois). C’est surtout si votre chien est anxieux et peureux qu’il faut bien réfléchir avant de lui faire subir ce type d’intervention, car cela peut le rendre plus agressif. D’ailleurs, le fabricant de cet implant met explicitement en garde l’utilisateur dans la notice d’utilisation : « des chiens avec des troubles sociopathiques, présentant des épisodes d’agressions intra-spécifiques (entre chiens) et/ou interspécifiques (entre un chien et une autre espèce), ne doivent pas être castrés chirurgicalement ni être traités avec l’implant. »

Si, toutefois, il y a des raisons sérieuses qui plaident en faveur d’une castration, on peut faire un test à l’aide de la castration chimique afin de savoir si le comportement de votre chien va se modifier de manière fâcheuse, car l’action de cet implant et les éventuelles modifications du comportement qu’il entraîne sont limitées dans le temps.

 

Au vu des mises en garde de plus en plus nombreuses concernant les conséquences négatives d’une castration, cette intervention doit être mûrement réfléchie et être décidée au cas par cas.

Étiquettes : , ,